Papillomavirus : faut-il se faire vacciner ?

Malgré ce que l’on peut encore penser, le cancer peut tous nous toucher. C’est pourquoi, dans la cadre de la journée mondiale contre le cancer, nous souhaitions vous parler du papillomavirus. Très méconnu, le papillomavirus est à l’origine de presque 100% des cancers du col de l’utérus. Il est donc important de se protéger afin d'éviter de potentielles complications.

Le papillomavirus : c’est quoi ?

Le papillomavirus est, comme l’indique son nom, un virus. Il peut toucher autant les femmes que les hommes. Le papillomavirus provoque des infections au niveau des zones intimes et des voies aérodigestives supérieures. Il se transmet lors de relations sexuelles, mais de simples caresses intimes suffisent pour attraper un HPV.

Ce virus est très répandu et résiste fortement dans l’environnement extérieur. C’est pour cela que sa transmission est très facile. En effet, 70% des personnes qui sont sexuellement actives ont déjà fait face à une variante du papillomavirus.

Les conséquences du HPV

Il faut savoir qu’il existe différentes variantes du papillomavirus humain. Ainsi, certains types de ce virus sont dits à bas risque cancérigène. Ce sont les HPV 6 et HPV 11. Ils sont à l'origine de tumeurs bénignes comme des verrues sur les muqueuses de l'appareil génital. On les retrouve aussi bien chez la gent féminine que masculine.
Alors que d'autres sont malins, les HPV 18 et HPV 18 sont dits à haut risque cancérigène. Ce sont les plus fréquents. Ils sont notamment retrouvés dans environ 70 % des cancers du col de l’utérus.
Les HPV sont difficiles à détecter, car nous ne développons aucun symptôme prémonitoire.

Comme déjà évoqué précédemment, le papillomavirus touche principalement les zones intimes (vulve, vagin, col de l’utérus, anus et pénis) et les voies aérogastries (bouche et gorge). Lorsque vous développez un papillomavirus bénin, celui-ci se manifeste sous la forme d’une verrue. Pour 90% des personnes qui sont contaminées, le HPV est rejeté naturellement par notre corps dans les 2 ans qui suivent.

Mais dans les autres cas, le papillomavirus se présente sous forme de lésions précancéreuses qui peuvent facilement se transformer en cancers. Ces lésions sont souvent à l’origine de presque tous les cancers du col de l’utérus et de l’anus. Il est donc crucial de se protéger contre ce virus.

Types de cancers dus au HPV
Proportion des cancers dus aux HPV (source : papillomavirus.fr)

Comment se protéger contre le papillomavirus ?

L’une des façons les plus sûres de se protéger contre les HPV est le vaccin. Comme nous l’avions déjà évoqué dans un précédent article, le vaccin permet de créer des anticorps. Ces anticorps sauront reconnaître le virus et donc de le combattre.

En France, cette vaccination concerne principalement les jeunes filles entre 11 et 14 ans. Il est également possible d’effectuer un rattrapage du vaccin pour les filles de 15 à 19 ans. Ce vaccin permet d’éviter la majorité des variantes du HPV. Il permet d'éviter principalement les HPV qui sont à l'origine de cancers. Il faut tout de même se soumettre à un dépistage régulier.

Bien entendu, nous savons très bien que ce vaccin est très contesté. C’est pour cela qu’il n’est pas obligatoire. Par conséquent, si vous ne souhaitez ne pas faire vacciner votre fille, il est important qu’elle réalise un dépistage.

Le frottis doit se faire tous les 3 ans pour les femmes de 25 ans à 65 ans. Évidemment, le frottis n’empêche pas un cancer, mais il permet d’être détecté et pris en charge rapidement.

Si un cancer du col de l’utérus est détecté, une intervention chirurgicale sera nécessaire. Pendant cette intervention, le chirurgien devra retirer la partie cancéreuse de votre utérus. Selon le stade de votre cancer, il est possible que le chirurgien doive retirer l’ensemble de votre utérus. Ainsi, vous risquez de ne pas pouvoir tomber enceinte.

Le préservatif ne protège pas entièrement des papillomavirus. Car il est également possible de s'infecter via de simples caresses intimes. Toutefois, le préservatif protège tout de même d’autres maladies sexuellement transmissibles.

Grossesse et papillomavirus

Il est toutefois possible qu’une femme enceinte puisse être atteinte d’un papillomavirus. En effet, les papillomavirus peuvent infecter le placenta et donc mettre en danger la vie de votre bébé :

  • Accouchement précoce
  • Fausse couche
  • Petit poids de naissance
  • Problème d’apprentissage
  • Risque accru de diabète lorsque votre enfant sera adulte

Qu'importe la méthode que vous choisissez, le plus important est de se protéger contre le papillomavirus. Comme le dit bien un vieux dicton : "Mieux vaut prévenir que guérir".

Sources

Papillomavirus.fr

Vaccination-info-service.fr

Parents.fr

Newsletter

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité. Vous pouvez vous désincrire à tout moment à l'aide des liens de désincription ou en nous contactant à l'adresse rgpd@r-laab.com

Cet article vous a plu ? Alors n’hésitez pas à le partager 😉

logo monfoxy

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.